Premier article dans mon statut auto-proclamé de restaurateur non-débutant.  C’est un peu ambitieux mais après une formation soutenue de 3 semaines en restauration, je devrais faire moins d’erreurs…. Et bien non ! moins nombreuses certes, mais elles sont là et j’attends les commentaires, critiques et conseils de tous les connaisseurs.

 

Olivier, mon maître restaurateur nous a demandé un livre du 17° siècle avec des cahiers déboités, du cuir à restaurer pour servir de travail pendant le stage. Je trouve sur Internet, mais franchement, celui-là, j’ai peur qu’il me dise d’en choisir un plus facile. Eh bien non, il est le cobaye idéal, tout est à refaire…. Voyez plutôt.

Le cuir n’est pas trop sec. Evidemment, un premier nettoyage au savon Brecknel s’impose.

Nettoyage et Protection

Ré-encollage du duvet à la Klucel G avec la paume de la main. Ceci permettra aussi de protéger le cuir des éventuelles taches de colles
Cire

Le cuir est fendu sur un mors, ce qui laisse apparaitre les claies et les ficelles.

Les remplis sont suffisamment larges pour les restaurer.

Les coins en choux-fleurs…

On pourra aussi conserver les contre-gardes qui devraient bien se décoller

Apparemment, il ne manque pas de pages, sauf les pages de garde

Les cahiers déboités ont abimés les gouttières des feuilles qui dépassent. Peut-être, au lavage, elles retrouveront de la texture.

Les dorures ternes et presque invisibles

Dépose du cuir
Pas de surprise, décollage des contre-gardes, récupération des claies

Démontage du livre avec analyse du plan de couture pour le reproduire à l’identique

Vérification de la pagination, des feuilles manquantes

Lavage des feuilles

On ne va pas laver les contre-gardes car l’écriture manuscrite pourrait disparaître. Par contre aucun risque pour les encres.

Toute une technique pour rester productif lors du ré-encartage quand on a 800 pages….

  • 1er lavage à l’eau tiède,
  • rinçage,
  • égouttage,
  • buvards
  • séchage sur des grilles au moins toute la nuit
  • On vérifie l’ordre des pages
  • Ré-encartage
  • Mise sous presse

Assemblage du corps d’ouvrage

  • Réparation des déchirures
    (Chanvre de Manille, Klucel G)
  • Comblage des lacunes
  • Reprise éventuelle des fonds sur les feuillets
  • Création des gardes
  • Ré-encartage

Mise sous presse

Couture sur nerfs (sans grecquage), sans oublier les nouvelles pages de garde, en respectant le plan de couture, ….c’est parti pour presque 100 cahiers ZZzz !.

Réparation des cartons

On en profite car ils sont défaits

  • Tylose
  • restauration des coins au buvard et des lacunes

Passure à 3 trous, remise en place des claies, collage sur le dos

Et là, quand on vérifie comment le cuir s’emboite, on a un petit problème.
Les 2  remplis s’emboitent sur les plats, le dos prend bien sa place en tirant un peu, mais il est impossible de rejoindre les 2 morceaux de couverture cuir, le mors fendu est trop large.
Il faudra mettre un greffon suffisament large sur le mors pour combler la fente. Les greffons des coiffes seront mesurés et coupés en dernier.

Restauration des coins et des champs. Les greffons sont calculés en fonction des recouvrements entre eux.

Intervient cette toute nouvelle notion pour moi : l’élagage du greffon et le contre-élagage de l’ancien cuir pour assurer un chevauchement sur l’épaisseur en biseau. C’est le secret du succès des restaurateurs.

Restauration des mors

A priori, je n’en ai qu’un à restaurer. Le greffon couvrira  la partie centrale du mors, ce sont les coiffes qui finiront les extrémités du mors, avec des formes en “pis de vache” plus ou moins longues selon le dommage à restaurer.

On sangle correctement le livre avant d’opérer.

Préparation des coiffes : comblage du dos avec des lambeaux de cuir, tranchefiles
Restauration des coiffes : découpe du greffon, elagage, contre-élagage, collage, rempliage ….. et le tour est joué

Reprise de teintes et finitions

– vieillissement avec de la poudre de cuir

– teintes ‘Marron 1’, ‘Marron glacé’, un peu de ‘vieil or’ sur un fond d’aquarelle ‘Jaune doré’….. pas facile de trouver la bonne couleur, ce sont les débuts. On patine avec la paume de la main

 

… et voilà le travail !!

#

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.