Mise à jour le 22 juillet 2021 après la reprise de dorures sur la couverture

2020, année de départ en retraite que je prépare depuis quelque temps. Tout ce que j’aime que je n’ai pas pu faire auparavant… il va falloir choisir et s’investir et la reliure en fait partie.

Je suis donc inscrit à des stages de formation au CFRPE à Tours, que je conseille. La période de confinement modifie quelque peu le programme et en déambulant dans l’atelier, je découvre ce type de livre, couverture percaline

Parmi les collections les plus connues, celle de Hetzel avec les récits de Jules Verne et ses décors historiés.

 

Quelques livres abimés à restaurer et parmi eux “Petit Ange”, que je choisis parce qu’il est beau mais aussi parce que j’ai un autre ouvrage disponible comme modèle.

Je m’inscris donc à un stage spécifique Percaline au cours duquel ce livre servira de cobaye.

Merci Lucas !

Un peu d’histoire : Les couvertures de livre en percaline apparaissent dès 1810 pour les livres romantiques anglais. C’était la mode à cet époque de faire des cadeaux ‘féminins’. Puis apparait la percaline à gros grains pour imiter le cuir. Les tirages s’intensifient et vers 1870, apparaissent les plaques d’impression pour créer des décors chromatiques historiés. On les appelle cartonnages d’éditeurs..

Le livre n’est pas trop abimé. Le dos est fendu sur un des plats, le carton est détaché.

Les pages sont correctes, quelques déchirures. Les tranches dorées sont correctes. Quelques cahiers sont déboités, il faudra donc démonter le livre. 
Décollage des gardes, elles sont abimées, on les remplacera.

 

On a donc accès à la mousseline que l’on coupe pour déboiter le corps d’ouvrage qui se sépare du dos

Nettoyage

On récupère la tranchefile “pyjama”, en vogue à cette époque. Avec une, on en fera 2 pour les recoudre
Couture du livre de manière classique sur rubans. Deux précautions essentielles :

  • ré-encartage des feuilles précis pour que les tranches dorées soient alignées
  • montage des cahiers avec équerre à talon en tête pour la même raison

On n’est pas obligé de reprendre les mêmes trous de couture.
Tranchefiles collées
Dans notre cas, les pages de garde ont été refaites. C’est un papier d’époque “recto sérigraphié et verso à l’éponge”, dispo à l’Atelier Folio.
Elle ne sont pas cousues avec le livre comme les pages de garde, mais collées comme des gardes couleurs.

 

Restauration de la toile

  • Découpe
  • dégagement des mors-cartons et des coiffes
  • restauration des coins
  • doublage de la toile et insertion sous les couvertures existantes en vérifiant par emboitement l’épaisseur et le maintien du corps d’ouvrage
  • collage et fusion des toiles
  • mise en place de la carte à dos
  • façonnage des coiffes et fusion des toiles

La couverture est prête, il ne  reste plus qu’à emboiter le livre…

Fusion des tissus et reprise de teinte
Mise en place des nouvelles gardes
Reprise des dorures au pinceau 3X avec de la peinture or et argent

Et voilà, la belle aventure. Depuis, j’ai retrouvé d’autres livres en percaline qui méritent un détour. A suivre.

#

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.