Parmi les groupes et les personnes que je suis sur Facebook, j’ai découvert un créateur de mosaïques : Gilbert Saint-Jean. Je fus impressionné par le résultat et surtout agréablement surpris de trouver une série de tutoriels YouTube.

Plusieurs personnes de mon club me donnaient des tas de conseils, mais j’ai décidé de me lancer avec la méthode Blanchet – Saint-Jean en m’appuyant sur les tutoriels en ligne.

Pour ceux qui sont intéressés, voici le lien vers un tutoriel condensé en 30 minutes que Gilbert Saint-Jean m’a autorisé à faire.

Le livre

Je n’avais pas envisagé de faire une mosaïque au départ et donc, j’ai peu de photos du livre lui-même en cours de création..

C’est une édition de “Jacques le Fataliste et son maître” de Diderot, édité en 1922 chez Lapina.
Très beau papier vergé pur chiffon Lafuma, sans couverture.
Illustrations magnifiques de Joseph Hémard.
L’édition est numérotée 272 sur 521.

La création du livre est “standard”
– démontage
– couture
– rognage
– etc…

Choix des couleurs pour les gardes, la couverture et les tranchefiles en cohérence avec les illustrations.
– tranchefiles brodées 3 couleurs
– cuir buffle avec grain galuchat
– faux nerfs

Charnières cuir

Ne reste que le titre mais titre doré sur cuir jaune, pas judicieux et pour un si bel ouvrage, le loser est un peu limité…

Mosaïque ? pourquoi pas
Je choisis le dessin de la page de titre. C’est parti.

– scan
– définition de la taille, impression
– calque
– repérage et numérotation des morceaux
– choix des couleurs de cuir
– choix de l’ordre de superposition des éléments et là, j’ai innové en rajoutant un débord au stabilo sur les modèles pour définir les découpes 
– découpe des modèles – à tord, j’ai pris du papier léger et donc lors du décollage, je ne pourrai pas les récuperer au cas où…
– collage des modèles sur les cuirs
– découpe des cuirs
– décollage des modèles et repérage sur une grille

enfin démarre le collage des pièces, tout comme le tutoriel

Et voilà le résultat…


Globalement, je trouve que c’est assez réussi, mais j’ai eu des difficultés
– avec le sertissage. Je n’avais probablement pas le bon fer et ça va bien pour certains cuirs mais le cuir blanc est très fin et lisse et on voit trop les marques du fer.
– avec le parage du cuir. J’ai pris des morceaux et certains d’entre eux étaient trop épais. Je n’ai pas osé les parer et on voit la surépaisseur sur le chapeau.

Pour finir, titrage sur étiquettes avec le même cuir que la veste de Jacques, et sertissage

Gilbert, tes commentaires seront les bienvenus.

#

3 commentaires

  1. Bonsoir Emm.

    Wow ! Quel travail ! Félicitations !

    Je suis réellement très ému de voir ce que tu as réussi à accomplir uniquement en utilisant les tutoriels que j’ai présentés sur YouTube. Tu possèdes la motivation et le talent pour réaliser de grandes œuvres en reliure d’art et en mosaïque de cuir !

    J’aime beaucoup le choix de la couleur du cuir de couverture. J’aime beaucoup aussi les choix de couleurs pour la mosaïque qui s’harmonisent délicieusement bien avec le jaune. J’aime également le choix du format de la mosaïque et son positionnement sur le plat avant.

    Pour ce qui est de l’exécution de ta mosaïque, donne-moi quelques jours avant de la commenter. J’aimerais aussi mentionner que je préfère me faire tutoyer et me faire appeler tout simplement Gilbert. Je comprends qu’une personne qui enseigne peut être, dans certaines circonstances, appelée maître, mais je considère que ce titre ne me convient pas. Pour moi, le grand maître a été Jacques Blanchet, et moi je suis son disciple. Merci de me comprendre. À très bientôt mon cher Emm. : o )

    P.S. Très belle présentation ! Tu es vraiment doué !

  2. Cher Emm. Voici donc les observations que j’ai notées sur ta première mosaïque de cuir. Tu as choisi une œuvre peut-être un peu trop complexe pour une première tentative. Mais, dans l’ensemble, tu t’es fort bien débrouillé. Évidemment, toutes les remarques que je vais te présenter sont mes opinions et sont certainement sujettes à discussion.

    Lorsqu’un mosaïste cherche à représenter avec du cuir, un dessin exécuté par un autre artiste, il est très acceptable d’interpréter et de modifier le dessin original afin de le rendre applicable en mosaïque de cuir, et aussi afin d’inclure une touche personnelle à l’œuvre. Toutefois, il y a une exception que je considère comme importante et c’est un visage humain. Celui-ci doit toujours ressembler le plus possible au visage original. Dans ton œuvre, le chapeau fait partie du visage et il est important de bien le placer sur la tête. Toute la partie de ton chapeau, immédiatement au-dessus des sourcils, ne devrait pas faire partie du chapeau ; c’est une partie des cheveux de Jacques. Donc, le rebord intérieur avant du chapeau aurait dû être une ligne courbe qui vient s’assoir par-dessus les cheveux sur le front et passer en dessous des cheveux de ta pièce de cuir no 28, je dirais à environ un centimètre à gauche à partir du côté droit de la pièce 28. De l’autre côté, le rebord aurait dû être par-dessus le front jusqu’à environ à égalité du sourcil qui est du côté droit du dessin, pour qu’ensuite le reste du chapeau soit placé en dessous des pièces de cuir no 24 et no 22.

    Les formes des pièces de cuir et leurs positionnements, pour ce qui est des sourcils, des yeux et du nez, pourraient être meilleurs. Mais je sais combien il est difficile de travailler avec de fines lanières de cuir et de toutes petites pièces de cuir. Je dois donc dire que ta toute première réalisation me surprend ! Pour ce qui est de la bouche, alors là je vois qu’elle a été un casse-tête pour toi. Selon moi, la dernière ligne noire au bas des lèvres, sur le dessin original, ne fait pas partie des lèvres et n’est qu’un trait noir sous la lèvre inférieure.

    Il y a un autre endroit où la pièce de cuir aurait dû être par-dessus et non pas en dessous. Il s’agit de la pièce no 23, le long de la pièce no 22. À cet endroit, le no 23 devrait être par-dessus le no 22. Pour le reste de la mosaïque, tes pièces de cuir ont été bien placées. C’est vraiment remarquable ce que tu as réussi à accomplir ! Tu es maintenant à même d’apprécier l’importance d’utiliser des cuirs parfaitement bien parés. Tu as aussi sûrement réalisé l’importance d’avoir un minimum absolu d’excédent de cuir là où une pièce doit être placée sous une autre pièce. On remarque d’ailleurs beaucoup d’excédent sous les pièces de cuir no 1 et no 4. Dans une situation semblable, il est souhaitable de découper la pièce de cuir no 2 à égalité avec le rebord extérieur des pièces de cuir no 1 et no 4. Ainsi, la finition est parfaite. Et lorsque la mosaïque est terminée, il est possible d’amincir le rebord extérieur des pièces no 1 et no 4 afin que la double épaisseur de cuir ne paraisse pas.

    Il aurait aussi été possible d’incorporer à ta mosaïque, plusieurs des lignes noires que l’on voit dans le vêtement sur le dessin original. Il suffit, comme exemple, de coller les pièces de cuir no 12, 19 et 31 sur une pièce de cuir noire, très finement parée, qui couvre toute la surface des pièces et excède là où l’on veut créer une ligne noire. Ensuite, on découpe la pièce noire à égalité des pièces 12, 19 et 31 à l’exception des endroits où on veut créer une ligne noire. Finalement, on découpe le cuir noir qui reste en laissant la largeur appropriée pour créer nos lignes noires. Voici un exemple d’un tel travail réalisé par Jacques Blanchet.

    En regard à la superposition des éléments, j’aimerais ajouter un commentaire. Ton innovation qui consiste à rajouter un débord au stabilo sur les modèles pour définir les découpes, a attiré mon attention. Je trouve l’idée très intéressante, mais, par contre, j’y vois une faiblesse. Selon moi, il est plus difficile de découper un patron en papier ou en carton en essayant de suivre le tracé d’une ligne à une distance égale et continue de cette ligne, que de découper ce patron en suivant une ligne déjà tracée au crayon. C’est d’ailleurs la raison qui m’a poussé à tracer une ligne égale et continue à un millimètre le long d’une ligne de découpe, en utilisant un crayon à mine avec une pointe très fine.

    C’est la première fois de ma vie que j’ai à apprécier une œuvre en mosaïque de cuir. J’ai trouvé l’expérience des plus intéressante. Je te remercie de m’avoir offert cette opportunité de le faire. Je te souhaite le plus grand des succès dans la réalisation de tes futures œuvres en mosaïque de cuir qui, je l’espère, seront nombreuses. Je demeure à ton entière disposition pour toute question que tu aimerais me soumettre.

    Bien chaleureusement,

    Gilbert

    P.S. Je ne réussi pas à incorporer la photo de l’oeuvre de Blanchet avec le texte. Je vais te l’envoyer via Messenger..

    • Merci pour tes commentaires. Je t’envoie une photo agrandie du modèle et en effet, (1) les cheveux sur le front sont de la même couleur que le chapeau et je n’ai pas imaginé que c’étaient des cheveux qui normalement auraient dû être bruns comme sur les côtés, et (2) en effet la bouche est fermée et devrait se limiter à 3 traits, celui du bas est un effet d’ombre probablement car il ne touche pas à gauche.
      Mon prochain effort portera sur les parages des chevauchements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.